Les Experts version Russe

 

Lorsque nous avions annoncé à nos proches, notre projet de grand tour jusqu'en Mongolie, ils étaient tous partagés entre joie et inquiétude! Découvrir des paysages de cartes postales, faire des rencontres et des découvertes qui bouleverseront notre vie, tout le monde était pour, mais alors traverser la Russie, par la route, avec les images véhiculées par le cinéma américain, ça c'était une autre histoire...

 

Alors quand on s'est fait voler nos vélos, au milieu de la Sibérie, en pleine nuit, on a décidé de garder ça pour nous, jusqu'au retour, et nous avons bien fait!

 

Aujourd'hui, il est temps de partager cet épisode avec vous!

 

"Il fait beau aujourd'hui"

08 juin 2012 - 07h00

Se lever tôt, c'est rattraper le temps perdu hier à sortir de Novossibirsk. Il fait déjà chaud, on ouvre rideaux et fenêtres.

Tiens, celle qui nous apporte, habituellement, un brin de luminosité, nous offre aujourd'hui, une vue dégagée....

"Il fait beau aujourd'hui!

eee il manque un truc là, non!?

Merde les vélos!!!"

Nous sortons du camion, à l'arrière, nos vélos ont disparu, la bâche est encore accrochée au toit, nos sangles rouges et violettes ont été coupées net...

 

bigousteppes russie camion mercedes

Il faisait encore nuit lorsque nous avons entendu Vortex aboyer! Une fois, rien de plus. Vortex aboie rarement, seulement lorsqu'on frappe à la porte ou lorsque des étrangers veulent rentrer. Les voleurs sont pourtant montés sur notre malle, faisant obligatoirement bouger le camion. Nous n'avons rien senti, rien entendu. Déçus et pris de doute, nous nous remettons en question. Avec toutes ces formidables rencontres, nous avons relâché notre vigilance, nous voilà bien punis. Au milieu de ces grandes étendues désertes, où seuls de petits chemins s'échappent du bitume, nous avons l'impression d'être seul, à tord, les villages ne sont jamais à plus de dix kilomètres. Il y a du passage, tout le monde nous voyait bien, cela aurait aussi pu se produire en France, nous n'avons pas été très prudents.

 

Nos bicyclettes étant assurées avec notre cabane à roulettes, nous prenons des photographies du cadenas forcé, des sangles sur le sol et de tout ce qui nous entoure. Il nous faut trouver des agents de police, afin de déclarer le vol et espérer le remboursement de nos vélos neufs (bah oui faut pas déconner quand même)!

 

 

"Mais que fait la Police?"

Nous prenons la route et nous nous arrêtons, à quelques kilomètres, près d'une patrouille attendant l'excès de vitesse. Un agent reste dans le véhicule pendant que l'autre joue les majorettes sur le bas côté... Vous n'imaginez pas la joyeuse pirouette qu'ils font avec leur matraque pour designer ceux qui doivent s'arrêter pour un contrôle!!

Je disais donc, on s'arrête près de la voiture de la DPC (police des routes). Ils comprennent mon russe hasardeux et nous disent de patienter, le temps qu'une équipe arrive.

 

 


On se trouve un coin d'ombre et attendons là presque une heure. Un vieil homme vient nous voir, il a un accent prononcé, parle rapidement, je ne saisi qu'un mot sur dix, notre parcours le rend joyeux, il n'a pas grand chose, mais il aimerait que l'on se souvienne de lui, il vide alors son petit seau dans un sac en plastique et nous offre les pommes de terre, qu'il tentait de vendre aux passants.

Les mains serrées sur le cœur comme symbole d'amitié, il nous souhaite de bons vœux pour notre voyage et s'en va comme il est venu.

C'est aussi ça la Russie...

 

Les minutes passent, le soleil tape fort, une camionnette bleu et blanche se gare enfin près de nous. A l'intérieur, une jeune femme en uniforme va se charger d'établir la déclaration, une autre femme, en civile, pistolet à la ceinture ne nous parle pas, un homme, en combinaison couleur militaire, nous pose un tas de questions.

 

Comme dans uns version petit budget et sans sous-titres des «Experts», nous retournons sur les lieux du crime...

 

STOP!!!! Pas un mètre de plus!

 

Nous devons les laisser travailler: petits pinceaux, films autocollants, appareil photos premier cri (non mais il marche encore votre truc?), ils inspectent scrupuleusement toutes les empreintes de chaussures suspectes (non mais ça c'est NOS godasses! banane!!) et de pneus, jusqu'à soulever une canette de coca avec un crayon comme un pro.

 

C'est un vrai sketch, nous on demandait juste une déclaration!

 

Le vol des vélos nous aura fait gagner patates et remake amusant!

 

 

La procédure...

Et puis on nous demande nos passeports. C'est le point de départ de la "procédure"!

 

A 14H00, nous arrivons dans les locaux de la Police (Oui oui!!). Dehors les chiens aboient en continu, on nous explique que c'est eux qui gardent les prisonniers. Ah d'accord! Dans un placard à balais, on nous prend nos empreintes, bah oui c'est du sérieux ma ptite dame! On nous amène dans un autre placard qui semble être une salle de bain, où l'on nous donne du St Marc pour retirer l'encre qu'on a sur les doigts, c'est vrai que vu le contexte, c'est peut être pas plus mal...

Bon cette fois, c'est sûr, nous sommes fichés mais nous avons l'avantage de connaître leurs méthodes, leur lenteur et leurs questions.

Pour changer, il nous font sauter le repas, pour une liste de documents, longue comme le bras.

Habillée pour le Dimanche, une petite dame entre dans le bureau, c'est Tatiana, notre interprète ( pour changer). Durant trois heures, nous nous amusons à comparer la France et la Russie, à imaginer où sont arrivés nos voleurs et à tenter d'expliquer, pourquoi nous ne sommes pas mariés. Nous obtenons nos fameuses déclarations après 6 heures de "procédure" et repartons aussitôt!

 

19H00, Nous arrivons à Kemerovo, où nous cherchons longtemps le petit panneau vers Irkoutsk, sans succès, et nous tournons comme la veille durant des heures. Pas le moindre petit panneau, Zéro! Des signes de sympathie, partout! Nous finissons la journée, épuisés, sur le grand parking d'un relais routier où nous parvenons à joindre notre compagnie d'assurances, par téléphone.

Au bout du fil, la France: Paris..

 

Où l'on nous dit, en huit minutes, (8 minutes au téléphone depuis la Russie en 2012 ça coûtait un œil), que le vol doit être déclaré dans les cinq jours et qu'il faut appeler un autre numéro parce que NON tu n'es pas dans le bon service! 

 

Et là tu t'imagines douée du pouvoir de téléportation, pour faire bouffer le téléphone à ton interlocuteur...

 

Je raccroche et reçois instantanément un petit message de mon opérateur, m'avertissant que mon forfait est épuisé, avant de réaliser que la baie du salon, côté bâbord, est cassée et donc condamnée pour le reste du voyage. Il y a des jours comme ça...